LE RÉCAP’ DE LA SEMAINE #6

Retour sur les temps forts de l’actualité de la semaine. Le Flash sélectionne pour vous l’actualité qu’il ne fallait pas manquer.

  • [J-9 avant les présidentielles américaines]

    • Le dernier débat entre le candidat démocrate Joe Biden et l’actuel président des États-Unis, Donald Trump, s’est déroulé sans encombre, jeudi 22 octobre à Nashville (Tennessee). Le ton était bien plus poli que la dernière fois, et les micros coupés lorsque les intervenants n’étaient plus invités à prendre la parole. Concernant le Covid-19, Donald Trump a tenté de relativiser son bilan : “Je dis que nous devons apprendre à vivre avec, nous n’avons pas le choix.” Ce à quoi son rival a vertement répondu : “Il nous dit d’apprendre à vivre avec mais les gens apprennent à mourir avec. Quelqu’un qui est responsable d’autant de morts ne devrait pas rester président.” Le pays compte actuellement plus de 220 000 morts du virus.
    • Sur l’écologie, Joe Biden a promis une sortie progressive du pétrole d’ici 2050. Concernant l’immigration, il a également évoqué les 545 enfants de migrants toujours séparés de leurs parents : “Ces enfants sont seuls, ils n’ont nulle part où aller. C’est criminel”. Donald Trump a contré en critiquant le bilan de son opposant, vice-président sous l’ère Obama. “Vous avez fait du mauvais boulot”, a-t-il jugé.
    • A 9 jours du scrutin, une partie de l’élection est déjà jouée. Plus de 50 millions d’Américains ont d’ores et déjà voté par anticipation pour l’élection présidentielle qui oppose Joe Biden à Donald Trump, selon le comptage du US Elections Project, vendredi 23 octobre.
    • Donald Trump a déposé un bulletin dans l’urne de manière anticipée, samedi 24 octobre, à 10 jours de l’élection présidentielle, dans un bureau de vote de West Palm Beach, en Floride. Le président américain est arrivé dans une bibliothèque pour accomplir son devoir de citoyen de manière anticipée.
  • Suite à l’assassinat de Samuel Paty, le gouvernement a répondu par plusieurs annonces.

    Gérald Darmanin a déclaré vouloir expulser 231 étrangers en situation irrégulières et soupçonnés de radicalisation. La mosquée de Pantin sera également fermée pour six mois. On lui reproché d’avoir partagée une vidéo dénonçant le cours de Samuel Paty sur la liberté d’expression et d’avoir relayé l’adresse du collège. Plusieurs associations seront aussi dissoutes, dont l’association Cheikh Yassine d’Abdelhakim Sefrioui. Une cinquantaine de structures associatives ont été visitées cette semaine par des services de l’État. Les autorités prévoient ainsi de mener des contrôles quotidiens visant des structures ou personnes soupçonnées de liens avec la mouvance islamiste.

  • En Europe, les mesures pour freiner la reprise de l’épidémie se renforcent.

    Le Pays de Galles a décrété deux semaines de confinement à partir du vendredi 23 octobre. En Suisse, le port du masque est devenu obligatoire dans les lieux publics fermés et les rassemblements limités à 15 personnes. En Italie, depuis lundi 19 octobre, des couvre-feux partiels peuvent être instaurés par les maires, les restaurants doivent fermer leurs portes à partir de minuit et les bars de 18 heures à 5 heures.

  • Le retour de Saad Hariri au pouvoir au Liban.

    Désigné Premier ministre du Liban par le président Michel Aoun, le jeudi 22 octobre 2020, il prend la suite de Hassan Diab après sa démission. Lors de sa désignation, il a promis l’établissement rapide d’un gouvernement composé d’experts. L’enjeu est de mener des réformes structurelles pour sortir le pays du Cèdre de la crise, quasiment trois mois après l’explosion au port de Beyrouth. Un retour contesté pour cette figure de la politique libanaise, déjà à la tête du gouvernement de 2016 à 2019 et renversée par la rue il y a tout juste un an. Le nouveau Premier ministre va devoir convaincre le peuple libanais et la France, très impliquée dans ce dossier.

  • En Pologne, l’avortement quasi illégal.

    Le tribunal constitutionnel polonais a interdit l’avortement en cas de malformation grave du fœtus, le jeudi 22 octobre 2020. Un durcissement surprise de la législation sur une mesure qui concernait 98 % des avortements légaux en 2019, d’après Le Monde. Une requête conforme à la politique conservatrice du parti au pouvoir, Droit et Justice (PiS), après deux échecs d’interdiction totale de l’avortement en 2016 et 2018. L’annonce a provoqué une manifestation devant le siège du tribunal à Varsovie où se faisaient face opposants et fondamentalistes catholiques. A l’internationale, la décision est critiquée comme étant une violation des droits de l’homme.

  • L’enfer carcéral nord-coréen.

    L’ONG Human Right Watch dénonce le système de détention provisoire en Corée du Nord dans un rapport publié le 19 octobre 2020. Intitulée « On vaut moins que les animaux », cette enquête révèle les conditions de vie inhumaines des détenus. Fort de 88 pages, le rapport de l’organisation de défense des droits de l’homme regroupe des dizaines de témoignages d’anciens prisonniers. Plusieurs d’entre eux témoignent avoir subi des sévisses physiques et sexuels extrêmement violents. Certains détenus ont déclaré avoir été battus, humiliés, voire violés. La Corée du Nord de Kim Jong-un nie et accuse la communauté internationale de diffamation.

  • Le Premier ministre français, Jean Castex annonce une extension du couvre-feu.

    « La situation est grave » selon le Premier ministre qui annonçait jeudi 22 octobre la mise en place d’un couvre-feu pour 38 nouveaux départements. Il s’appliquera « de 21 heures à 6 heures sur l’ensemble des départements concernés et, normalement, pour une durée de six semaines », a-t-il précisé. Jusqu’ici, seulement 16 départements étaient concernés. Désormais, 54 départements et un territoire d’outre-mer, la Polynésie, doivent respecter le couvre-feu.

  • Casablanca: Nouvelles restrictions pour 4 semaines à partir de ce dimanche.

    A partir de ce dimanche 25 octobre à 21h et pour 4 semaines, de nouvelles restrictions entrent en vigueur au niveau du Grand Casablanca, Berrechid et Benslimane, annonce le gouvernement dans un communiqué. – L’interdiction des déplacements nocturnes de 21h à 6h du matin, à l’exception des déplacements pour des raisons médicales ou professionnelles,

    • L’obligation de disposer d’une autorisation exceptionnelle de déplacement entre les préfectures et provinces précitées, délivrées par les autorités locales compétentes,
    • La fermeture des terrains de proximité et des jardins,
    • La fermeture des cafés, restaurants, commerces et centres commerciaux à 20h,
    • L’arrêt du transport par bus et tramway à 21h,
    • La fermeture des marchés de proximité à 15h,
    • L’encouragement du télétravail quand c’est possible.

Les autres mesures de restrictions restent en vigueur (fermeture des salles de sports, hammams, interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.